En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Accepter

Recyclage : comment la Région Bretagne réutilise son mobilier via EcoSiège 

Dans le cadre du déménagement de deux de ses sites et suite au réaménagement de quatre internats bretons, la Région a fait le choix de recycler son mobilier. Une partie des meubles a été réutilisée en interne, dans le nouveau site d’Atalante, d’autres ont été donnés à des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS). Bilan de ces deux opérations.

Le plus grand chantier de réutilisation réalisé avec une collectivité territoriale. Suite à la phase de curage des bâtiments de la Robiquette, des Longchamps 1 et de Frantz Heller, liée à l’ouverture du nouveau site d’Atalante de la Région, 535 meubles ont été réutilisés91 fauteuils reconditionnés et 500 pieds de chaises et bureaux remis en usine en Vendée.

Soit 1 126 pièces ou encore 23 tonnes de mobilier repartis pour une seconde vie, a comptabilisé Valdelia, l’éco-organisme dédié aux déchets d’éléments d’ameublement des professionnels, en charge de l’opération.

4 bâtiments d’internat vidés de leurs meubles

Autres opérations qui témoignent de la volonté de la Région de réutiliser l’existant, les meubles des internats de Kerichen, Dupuy de Lome à Brest et Colbert à Lorient ont également été curés de leurs meubles en 2022.

Ce qui a représenté 3 463 meubles manipulés, chargés et réutilisés pour un poids total de 92 tonnes. Sur ce total, 67 % ont été réutilisés et 33 % sont partis dans le recyclage de matière.

Article à retrouver en intégralité ici


Nous avons atteint les 10 000 abonnés sur LinkedIn ! Chaque jour, nous vous partageons nos actualités et notre désir de faire avancer les choses dans le domaine de la santé et du bien-être au travail. Nous voulons avoir un impact positif sur la vie des gens, en particulier celle des personnes les plus vulnérables.

Nous tenons à vous remercier pour votre soutien qui nous permet de grandir chaque jour. Pour marquer cet événement, nous avons réalisé une vidéo qui retrace quelques-uns de nos moments forts. Merci encore pour votre soutien !


Vous connaissez nos activités curatives mais connaissez-vous le réseau Cap Emploi ? Depuis sa création, ErgoSanté s’est donnée comme mission de donner un accès au travail, socle de la vie sociale, à toutes et tous. C’est donc naturellement que nos agences sont devenues les interlocuteurs privilégiés des Cap Emploi partout sur le territoire.
 
Les 98 Cap Emploi de France sont des organismes de placement spécialisés (OPS) exerçant une mission de service public. Ils sont en charge pour les employeurs d’intégrer ou maintenir les personnes en situation de handicap et pour les employés de pouvoir être accompagnés de manière durable pour l’aménagement de leur poste. Ils accueillent et accompagnent plus de 220 000 personnes en situation de handicap et plus de 150 000 employeurs chaque année. Leurs missions se confondent merveilleusement bien avec les nôtres.
 
Les conseillers du réseau Cap Emploi sont présents dans chaque département. Suivant les sujets, les conseillers peuvent mobiliser des outils et dispositifs de droit commun et spécifiques et faire appel à des organismes ou prestataires externes comme ErgoSanté. Il n’est donc pas rare de nous voir travailler conjointement ou dans les mêmes locaux.  
 
Vous êtes employeur avec des personnes en situation de handicap ? Vous souhaitez intégrer des personnes en situation de handicap dans vos équipes ? Vous êtes en situation de handicap et cherchez un emploi ou un accompagnement d’aménagement de poste, les Cap Emploi sont disponibles pour vous accompagner dans vos démarches.

 

Pour les contacter, rendez-vous sur >> https://lnkd.in/d2emyBrt


Le groupe gardois, spécialisé dans les solutions ergonomiques innovantes et sur mesure, réutilise les déchets de mobiliers professionnels.

Le projet mûrissait depuis quelques années dans la tête de Samuel Corgne, le PDG et fondateur du groupe ErgoSanté, installé à Anduze, dans le Gard.

Pour ce spécialiste des solutions ergonomiques innovantes et sur mesure, qui a commencé il y a une dizaine d’années par imaginer des espaces de travail pour les salariés en situation de handicap, c’est l’idée de plus, qui vient enrichir un portefeuille qui s’étoffe chaque année un peu plus.

“Nous avons relancé cette idée il y a un an, explique-t-il. Nous sommes maintenant engagés dans le recyclage des sièges que l’on conçoit. Le but est de leur donner une seconde vie, afin qu’ils ne finissent pas en déchets de mobiliers de bureau.”

 

“Deux millions de tonnes de déchets par an”

 

Il rappelle que “plus de deux millions de tonnes de déchets d’ameublement sont produites chaque année en France, dont 250 000 issues des entreprises”. Une démarche antigaspi qui s’appuie également sur la nécessité, pour les administrations publiques, d’acheter 20 % de sièges issus du reconditionnement.

Lancée en septembre 2021, cette activité s’appuie sur une organisation totalement intégrée, à l’image de ce qui se fait pour toutes les autres activités du groupe (aménagement de postes travail, sièges adaptés, exosquelettes, etc.).

Les sièges reconditionnés, qui portent la marque EcoSiège, sont vendus exclusivement sur le site Internet dédié, créé pour l’occasion : www.écosiège.fr.

“L’ensemble des pièces des vieux sièges est récupéré grâce à une logistique propre”, insiste Samuel Corgne. Le prix du siège reconditionné représente “30 % du prix du siège neuf”. Un prix que le PDG juge “équitable”.

Ainsi, depuis le 1er septembre 2021, près de 4 000 sièges usagés ont été récupérés. Un millier a également été vendu. Pour cela, le groupe s’appuie sur une solide équipe de R & D, qui imagine tout, jusqu’à la plus petite des pièces.

 

Un groupe en croissance constante

 

Fondé en 2013, le groupe ErgoSanté a très vite connu une croissance dynamique de ses activités. Employant plus de 200 personnes et présent au travers d’une trentaine de bureaux de proximité en France, il devrait enregistrer un chiffre d’affaires d’un peu plus de 20 M€ en 2022, en croissance de 60 %.

Il est également présent à l’international, notamment en Europe, au Brésil, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis.

Il devrait ouvrir, en 2023, dans ce dernier pays, un atelier de fabrication d’exosquelettes en Caroline du Nord. Une activité déclinée dans toutes les unités basées à l’étranger.

 

KARIM MAOUDJ

 

Retrouvez l’article en ligne


Notre atelier de production joue un rôle social primordial d’insertion par l’emploi. En achetant des produits issus de notre atelier, vous participez à l’insertion de personnes en situation de handicap parfois éloignées du monde du travail. À ce titre, ErgoSanté s’inscrit dans l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), et plus précisément dans le secteur privé protégé et adapté.

Vous souhaitez nous soutenir ? 3 possibilités ! On vous explique comment faire :

1. Vous êtes un organisme privé ou public de + de 20 salariés ? En achetant l’un de nos produits, notre agrément Entreprise Adaptée vous offre la possibilité de vous inscrire dans une démarche citoyenne qui booste votre ESG/RSE tout en optimisant votre contribution annuelle de l’obligation d’employer des travailleurs handicapés. En effet, nos produits sont déductibles de votre contribution Agefiph ou Fiphfp.

2. Vous êtes un employeur de droit privé ? Vous avez la possibilité de nous soutenir en nous attribuant 10% de votre contribution Agefiph.

3. Vous êtes une entreprise sous accord agrée ou convention Agefiph ? Vous avez la possibilité de nous soutenir en participant au financement de nos activités. Les sommes perçues seront affectées à la réalisation du projet social de notre Entreprise d’Adaptée.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter au 0805 690 69, contact@ergosante.fr ou rendez-vous sur https://lnkd.in/ezeCkcVz.


ErgoSanté a reçu la visite d’une délégation de La Fabrique de l’industrie, une plateforme de réflexion sur l’industrie en France et à l’international. La délégation était à Alès pour un séminaire avec Louis Gallois, ex-PDG d’Airbus, Président du conseil de surveillance de PSA, ex-dirigeant de la SNCF, et co-Président de la Fabrique de l’Industrie. Pendant la visite, les membres de la délégation ont pu découvrir les installations d’ErgoSanté, notre business model axé sur la technologie, l’innovation, la rentabilité et le social, ainsi que nos métiers et nos savoir-faire associés. Nous remercions chacun d’entre eux pour leur enthousiasme et leur intérêt manifesté.


ErgoSanté était présente au Salon des Maires et des Collectivités Locales à Paris, Porte de Versailles du 22 au 24 novembre 2022. L’occasion d’échanger avec les acteurs publics d’économie circulaire et de sa filière de reconditionnement EcoSiège. Une activité qui s’inscrit pleinement dans le cadre de la loi « anti-gaspillage pour une économie circulaire » (AGEC).

Soucieuse d’atteindre la neutralité carbone en intégrant le cycle de vie complet de ses produits, ErgoSanté a créé en 2021 une filière de revalorisation de sièges usagés. La marque EcoSiège reconditionne, upcycle ou recycle les sièges qui lui sont confiés à des fins de réemploi. Les éléments broyés, extrudés et remoulés réintègrent la gamme de ses produits ergonomiques neufs via son atelier de fabrication gardois. Les sièges reconditionnés sont remis en vente 30% du prix du neuf (catalogue en ligne).

Loi AGEC : depuis 2021 les acheteurs publics doivent acquérir un minimum de 20% de mobilier issu du réemploi, de la réutilisation ou comportant des matières recyclées.

Pratique nouvelle pour les acheteurs et les fournisseurs de mobilier neuf, les nouvelles dispositions législatives -encouragées par un souci croissant de la préservation de l’environnement couplé à une flambée des coûts des matières premières et des produits manufacturés-, obligent dorénavant les acteurs publics à se tourner vers des entreprises spécialisées comme EcoSiège.

L’article 58 de la loi AGEC introduit une nouvelle obligation dans la conclusion de contrats des collectivités. Les acheteurs publics doivent depuis le mois de mars 2021 acquérir un minimum 20% de sièges issus du réemploi, de la réutilisation ou comportant des matières recyclées (décret n°2021 124 du 9 mars 2021). Des CPAM, hôpitaux, tribunaux, gendarmeries, préfectures, collectivités, DGFiP, ARS nous font d’ores et déjà confiance.

Une présence sur le salon des maires en phase avec la semaine européenne de la réduction des déchets (SERD) coordonnée du 19 au 27 novembre par l’ADEME.

 

En savoir plus sur notre offre

En savoir plus sur la loi AGEC

Planifiez une collecte

Consultez notre catalogue en ligne

 


Olivier Foresto, responsable RSE inclusion et mission handicap, et Léo Lemoine, ergonome au sein d’ENGIE Solutions, ont visité le siège social d’ErgoSanté à Anduze, nous donnant l’opportunité de leur présenter l’adn de notre entreprise éminemment technologique, leader sur le marché mondial des exosquelettes et pour autant sociale et inclusive, soucieuse du sourcing local et éthique de ses produits. ErgoSanté a obtenu en 2022 le label des PME qui s’engagent en matière d’environnement (EnVol) et la reconnaissance du magazine Challenges qui la distingue parmi les 9 plus belles PME de France.

Au cœur de la SERD (semaine européenne de la réduction des déchets), nos visiteurs ont fortement apprécié la visite d’EcoSiège, filière de revalorisation des sièges usagés dont l’objectif est de donner une seconde utilité aux sièges de bureau en fin de vie. EcoSiège reconditionne, upcycle, recycle la totalité des sièges qui lui sont confiés à des fins de réemploi. Ils ont naturellement été intéressés par la globalité de notre démarche citoyenne au travers de l’utilisation des éléments broyés, extrudés et remoulés comme notre banc fabriqué à partir de plastiques recyclés. Ces éléments recyclés réintègrent la gamme des produits neufs via notre atelier de fabrication reconnu Entreprise Adaptée.

Cette démarche citoyenne correspond pleinement à la politique d’achats inclusifs et handicap d’ENGIE Solutions. Elle valorise la RSE de nos partenaires tout en leur offrant la possibilité d’optimiser leur contribution AGEFIPH. Cette visite a été également l’occasion de présenter notre manufacture de sièges ergonomiques sur mesure, fabriqués en Entreprise Adaptée, le bureau d’études ainsi que le pôle design chargé de les concevoir.

Nos solutions sont uniformisées et personnalisées partout en France, au service de la santé et du bien-être au travail.


Dans le cadre de la semaine de l’industrie, ErgoSanté accueillait des élèves de 3ème, 2nde et 1ère de l’Ensemble Scolaire Bellevue Marie Rivier. Cette visite était organisée par le réseau Leader Alès avec l’appui de l’Agence de développement Alès Myriapolis pour promouvoir les métiers de l’industrie auprès des jeunes publics.

Cette visite était pour ces élèves l’occasion d’aborder l’industrie par un versant inédit, celui de valeurs affirmées. En effet, depuis sa création, ErgoSanté s’est donnée comme mission de donner un accès au travail, socle de la vie sociale, à toutes et tous. Nous sommes une entreprise éminemment technologique, leader sur le marché mondial des exosquelettes, rentable et pour autant une entreprise sociale, inclusive, reconnue “Entreprise Adaptée”.

Sur les 200 salariés que compte le Groupe, nos unités de fabrication comportent plus de 80% de personnes en situation de handicap. La Tech, l’inclusion et la rentabilité : trois notions qui semblent incompatibles et qui pourtant se confondent merveilleusement bien.


ENEDIS I Au cours de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) les agences ErgoSanté Sud, Auvergne-Rhône-Alpes, PACA Corse et Nouvelle-Aquitaine sont intervenues sur les sites Enedis de Toulouse, Rodez, Albi, Auch, Montauban, Foix, Montpellier, Vienne, Bourg-en-Bresse, Lyon, Saint-Étienne, Valence, Chambéry, Annecy, Grenoble, Cahors, Marseille et Aix-en-Provence dans le cadre de réglages de postes de travail, de démonstrations et d’essais d’exosquelettes ou encore de sièges EcoSiège

Ce fut également l’occasion de présenter aux employés Enedis le pack télétravail composé d’un EcoSiège, d’un clavier et d’une souris ergonomique. Merci à eux pour leur accueil chaleureux et enthousiaste !

 


Le reportage de “Capital” diffusé sur M6 ce dimanche 20 novembre 2022, s’intéressait aux conditions de travail chez Amazon en France, à Brétigny-sur-Orge. Une investigation sur la vente en ligne qui représente 14% des achats. 200 000 employés en France préparent et livrent ces commandes au quotidien. Julien Courbet a fait le point sur les conditions de travail des ouvriers en utilisant notre application LEA. L’outil d’analyse posturale LEA permet de générer gratuitement et rapidement des données scientifiques sur le stress physique des travailleurs pendant leur activité.

Son objectif est d’évaluer les besoins ou l’efficacité des solutions ergonomiques mises en place. Développé dans un premier temps pour les besoins internes d’ErgoSanté en matière de R&D, l’outil LEA, créé à base d’intelligence artificielle, permet de repérer en un clic les contraintes posturales d’une personne pouvant entraîner à terme, et sans accompagnement spécifique, des TMS. LEA, une application mobile disponible sur Android et iOS est à la fois rapide, intuitive et gratuite.

Pour utiliser LEA : lea.ergosante.fr
LEA sur l’Apple Store : lnkd.in/e7KjvN8C
LEA sur Google Play : lnkd.in/e7bVmDYR


Olivier FORESTO, responsable RSE inclusion et mission handicap, et Léo LEMOINE, ergonome au sein d’ENGIE Solutions France, ont visité le siège social d’ErgoSanté à Anduze, nous donnant l’opportunité de leur présenter l’adn de notre entreprise éminemment technologique, leader sur le marché mondial des exosquelettes et pour autant sociale et inclusive, soucieuse du sourcing local et éthique de ses produits. ErgoSanté a obtenu en 2022 le label des PME qui s’engagent en matière d’environnement (EnVol) et la reconnaissance du magazine Challenges qui la distingue parmi les 9 plus belles PME de France.
 
Au cœur de la SERD (semaine européenne de la réduction des déchets) nos visiteurs ont fortement apprécié la visite d’EcoSiège, filière de revalorisation des sièges usagés dont l’objectif est de donner une seconde utilité aux sièges de bureau en fin de vie. EcoSiège reconditionne, upcycle, recycle la totalité des sièges qui lui sont confiés à des fins de réemploi. Ils ont naturellement été intéressés par la globalité de notre démarche citoyenne au travers de l’utilisation des éléments broyés, extrudés et remoulés comme notre banc fabriqué à partir de plastiques recyclés. Ces éléments recyclés réintègrent la gamme des produits neufs via notre atelier de fabrication reconnu Entreprise Adaptée.
 
Cette démarche citoyenne correspond pleinement à la politique d’achats inclusifs et handicap d’ENGIE Solutions. Elle valorise la RSE de nos partenaires tout en leur offrant la possibilité d’optimiser leur contribution Agefiph. Cette visite a été également l’occasion de présenter notre manufacture de sièges ergonomiques sur mesure, fabriqués en Entreprise Adaptée, le bureau d’études ainsi que le pôle design chargé de les concevoir.
 
Nos solutions sont uniformisées et personnalisées partout en France, au service de la santé et du bien-être au travail.


Retour en images sur la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) au cours de laquelle les agences ErgoSanté Ouest, PACA-Corse, Auvergne-Rhône-Alpes, Ile-de-France, Est, et Nouvelle-Aquitaine ont réalisé et accompagné une multitude d’événements partout en France (Calvados, Charente-Maritime, Drôme/Ardèche, Puy-de-Dôme, Manche, Yvelines, Yonne, Haute-Vienne, Seine-et-Marne, Sarthe, Rhône, Mayenne, Meurthe-et-Moselle, Alpes de Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Loire-Atlantique, Eure, etc.) en partenariat avec les Cap Emploi départementaux.

Depuis sa création, ErgoSanté s’est donnée comme mission de donner un accès au travail, socle de la vie sociale, à toutes et tous. Nous sommes une entreprise éminemment technologique, leader sur le marché mondial des exosquelettes, rentable et pour autant une entreprise sociale, inclusive, reconnue “Entreprise Adaptée”. Sur les 200 salariés que compte le Groupe, nos unités de fabrication comportent plus de 80% de personnes en situation de handicap. La Tech, l’inclusion et la rentabilité : trois notions qui semblent incompatibles et qui pourtant se confondent merveilleusement bien.


Anduze, le 17 novembre 2022 – Développé dans un premier temps pour les besoins internes de l’entreprise en matière de R&D, l’outil d’analyse posturale LEA, créé à base d’intelligence artificielle, est désormais à disposition du grand public sur Apple Store et Google Play.

Utilisée pour anticiper les risques de troubles musculosquelettiques (TMS), l’application LEA est à la fois rapide, intuitive et gratuite.   Une application au service du plus grand nombre   Après une première version web sortie en juin 2021 dédiée aux professionnels de la santé, aux ergonomes et préventeurs, la sortie de l’application LEA sur Android & iOS ouvre de nouvelles perspectives.

Particulièrement appréciée des spécialistes, l’application permet de repérer en un clic les contraintes posturales ou articulaires répétitives d’une personne pouvant entraîner à terme, et sans accompagnement spécifique, des TMS. Cet outil simple d’utilisation est désormais accessible au grand public.

Samuel Corgne, PDG d’ErgoSanté, explique : « Les progrès technologiques ne m’intéressent que s’ils peuvent servir notre objectif qui est de préserver la santé du plus grand nombre de travailleurs. Les troubles musculosquelettiques sont la première cause de maladie professionnelle indemnisée. Ils relèvent d’un enjeu de santé publique. LEA permet de générer gratuitement et rapidement des données scientifiques sur le stress physique des travailleurs pendant leur activité. Son objectif est d’évaluer les besoins ou l’efficacité des solutions ergonomiques mises en place ».  

Une utilisation rapide, intuitive et gratuite  

Non intrusif pour l’utilisateur dont la tâche est évaluée, LEA transmet des données scientifiques personnalisées quasi instantanément. Il suffit de télécharger l’application puis de filmer la tâche avec son smartphone ou sa tablette, ou d’importer une vidéo. Cette solution logicielle basée sur un algorithme d’Intelligence Artificielle développé par ErgoSanté calcule l’angle des articulations par rapport à leur position ergonomique de référence. Au fil des nouvelles analyses réalisées, l’algorithme s’améliore par autoapprentissage. Chacun peut ensuite consulter les angulations et les scores RULA, une méthode d’analyse de référence utilisée en ergonomie pour évaluer le risque d’exposition aux TMS. Le rapport d’analyse généré à l’issue peut être envoyé par mail. La vidéo, quant à elle, peut être téléchargée ou partagée. 30 vidéos par compte peuvent être analysées mensuellement. En conformité avec la protection des données individuelles (RGPD), les analyses sont anonymisées. Les utilisateurs de la version web antérieure ont la possibilité de télécharger leurs anciennes données jusqu’au 31 décembre 2022 sur old.lea.ergosante.fr.          
                          
Téléchargez l’application
Inscrivez-vous ou connectez-vous
Ajouter une analyse (+)
Filmez une tâche ou importez une vidéo
Consultez les angulations et scores RULA
Recevez votre rapport par mail
Téléchargez ou partagez votre vidéo            
                


Depuis sa création, ErgoSanté s’est donnée comme mission de donner un accès au travail, socle de la vie sociale, à toutes et tous. Nous sommes une entreprise éminemment technologique, leader sur le marché mondial des exosquelettes, rentable et pour autant une entreprise sociale, inclusive, reconnue “Entreprise Adaptée”.

Sur les 200 salariés que compte le Groupe, nos unités de fabrication comportent plus de 80% de personnes en situation de handicap. La Tech, l’inclusion et la rentabilité : trois notions qui semblent incompatibles et qui pourtant se confondent merveilleusement bien. 
 
Pour toutes ces raisons, ErgoSanté participait au DuoDay afin d’apporter encore plus de diversité dans une entreprise où l’emploi des personnes en situation de handicap et le maintien dans l’emploi sont une préoccupation quotidienne ! Notre siège social gardois accueillait ainsi des binômes dans le service production, le service comptabilité, le service commercial ou encore le département design. Les agences ErgoSanté Ouest et Sud accueillaient également des candidats à la découverte de nos métiers.

Penser le business modèle d’une entreprise sous l’angle de l’altruisme c’est la considérer comme un précieux outil à impact positif dans la vie des gens. C’est notre engagement au quotidien.


Interview de Samuel Corgne, président-directeur général d’ErgoSanté, Pic Magazine, novembre / décembre 2022

 

Comment est né ErgoSanté ?

Dans le cadre de la création de ma première entreprise, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes handicapées, dont une majorité avait du mal à retrouver du travail. Ce constat a été à l’origine de ma réflexion sur les moyens « techniques » permettant à ces personnes de retrouver un emploi ou d’être maintenues dans l’emploi. C’est à partir de 2016 que le projet concernant ErgoSanté est né. Depuis, la société s’est bien développée – preuve de la pertinence de notre vision des exosquelettes – et possède aujourd’hui son propre réseau de distribution via ses huit directions régionales et ses trente points de disponibilité en France. Nous sommes également présents dans 18 pays. Nous possédons notre propre usine, adaptée afin de permettre aux personnes handicapées d’y travailler. Dans notre atelier de production, 80 % de nos collaborateurs sont en situation de handicap.

 

Quand avez-vous lancé votre premier exosquelette ?

ErgoSanté a d’abord produit des sièges ergonomiques. C’est en 2015 que nous avons commencé à travailler sur les exosquelettes avec dans l’idée d’en proposer un réellement utilisable, à un coût raisonnable. Car trop souvent sur ce marché, les solutions proposées sont soit hors de prix, soit trop complexes, donc quasi inutilisables ou pas adaptées à leur utilisateur. Il s’agit de « vitrines technologiques » qui ne correspondent pas, selon moi, à ce que doit être un exosquelette : un outil d’assistance posturale simple à utiliser, qui ne suscite pas de rejet et qui doit donc être accepté. Le tout à un prix raisonnable : environ 1 000 euros. La première version de notre exo Hapo grand public est sortie en 2019 et a rencontré un vrai succès car il apporte vraiment quelque chose à la personne qui l’utilise. Les études le prouvent.

Par exemple, Ford qui utilise nos exosquelettes a réalisé une étude qui montre que plusieurs mois après leur déploiement, nos solutions sont encore utilisées dans 86 % des cas. Les États-Unis constituent un marché important pour ErgoSanté. Nos exosquelettes y connaissent un vrai succès. Nous allons d’ailleurs y disposer de notre propre unité de fabrication à partir de l’année prochaine.

 

Vous venez de lancer la seconde version d’Hapo. En quoi se différencie-t-elle de la précédente ?

Hapo 2 est plus discret, plus léger et plus maniable que l’ancien. Il est aussi simple à utiliser (40 secondes pour s’en équiper, 15 secondes pour l’enlever), disponible en trois ou quatre tailles et correspond à 98 % des morphologies. Comme la version précédente, le nouvel Hapo est dédié à l’assistance des travailleurs en position debout dont les contraintes posturales ou articulaires contribuent à la pénibilité au travail. Il soulage le dos et aide à maintenir une bonne posture, que ce soit en flexion complète ou debout. En redirigeant partiellement les efforts du haut du tronc – appui pectoral – vers les cuisses à l’aide des ressorts et en maintenant – sans contention – les lombaires à l’aide de sa ceinture, le Hapo participe sensiblement à la réduction des troubles musculosquelettiques (TMS). Ce nouveau produit complète donc notre gamme de produits Hapo, enrichie du Hapo MS (dédié aux membres supérieurs) et du Hapo SD (sans déverrouillage) sortis en 2021.

 

www.pic-magazine.fr


Retour avec L’Usine Nouvelle sur le lancement du nouvel HAPO à l’automne 2022 qui surpasse le premier harnais de posture du fait de son confort et de son expérience utilisateur optimisés. L’exosquelette est ainsi plus discret, plus léger et plus facile à utiliser. Il s’adapte à presque toutes les morphologies et redirige partiellement les efforts du haut du tronc vers les membres inférieurs grâce aux ressorts, et en maintenant le bassin par une ceinture. À retrouver dans le guide d’achat de L’Usine Nouvelle du mois de novembre.


Nous avons eu le plaisir de recevoir dans notre manufacture cévenole Sophie SCANTAMBURLO-CONTRERAS et Fréderic SALLES, cofondateurs de la jeune et prometteuse société montpelliéraine spécialisée dans le réemploi des équipements professionnels.

Au programme de cette visite, la finalisation d’un partenariat qui consiste à faire jouer nos complémentarités : EcoSiège collecte et remet en état proche du neuf des lots de sièges et SCOP3 les revend dans le cadre d’aménagements de bureaux avec du matériel de seconde main. Nos deux structures portent ainsi plus loin leur objectif commun : réduire l’impact carbone des aménagements de bureaux tout en favorisant le réemploi.

Une activité en pleine croissance puisque la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire invite dorénavant les collectivités et administrations à utiliser 20% de mobilier reconditionné dans leur commande publique.

Pour en savoir plus sur SCOP3 : info.scop3.com


Afin de maîtriser l’impact de ses activités sur la société et l’environnement, ErgoSanté s’est donnée pour objectif de compenser l’émission carbone de ses produits à des fins de neutralité. C’est la raison pour laquelle l’entreprise a décidé de planter 500 arbres à Madagascar à l’occasion d’une première campagne de reboisement durable qui vise à végétaliser des terrains aujourd’hui dénudés. Ce projet porteur de sens représente une économie de plus de 80 tonnes de CO² stockées par an et une faune locale retrouvée.

ErgoSanté qui a engagé un virage écologique fort en se lançant en 2021 dans le sourcing local et éthique de ses produits a créé sa propre filière de revalorisation des déchets en reconditionnant ou recyclant des sièges usagés sous la marque EcoSiège. Depuis cette année, un nouveau bâtiment autonome énergétiquement vient compléter sa démarche globale en faveur de la réduction de ses émissions carbone et de l’environnement.

Cette première campagne de reboisement à Madagascar s’inscrit dans une démarche de long cours qui verra naître de nouvelles actions écoresponsables.


M. Andriola est agent logistique à la stérilisation et à la pharmacie au Centre Hospitalier de Carcassonne. Reconnu travailleur handicapé, il travaille à temps plein dans ce service depuis quatre ans. Titulaire depuis 2010, il avait auparavant occupé plusieurs postes : entretien et maintenance, responsable du tri du linge, chauffeur au service transport.

Le poste qu’il occupe actuellement implique une activité et des tâches variées : manutentions et transports de matériels, nettoyage, tri et rangement, réception et tâches logistiques, préparation des produits sur le magasin de la pharmacie…

Du fait de son handicap, M. Andriola rencontre des difficultés pour certaines de ces tâches, notamment celles qui nécessitent des manutentions, des ports de charges lourdes ou encore des manœuvres, comme les gestes de tirer-pousser avec force, par exemple.

Des propositions d’aménagements réalisées par le service maintien de Cap Emploi

L’accompagnement de Cap Emploi a débuté par la réalisation d’une étude de poste sur le terrain au mois de mars 2022. Le conseiller a alors pu observer la réalité du travail de M. Andriola et constater ses difficultés liées à son handicap. Par la suite, des propositions d’aménagements et des essais de matériels ont été effectués, notamment avec du matériel de manutention et des armoires qui étaient déjà disponibles au centre hospitalier.

Cette phase d’essai a été réalisée en la présence du cadre de santé, de la responsable du service stérilisation, du médecin du travail ainsi que de la référente handicap et assistance sociale du centre hospitalier de Carcassonne, au sein des services de réanimation d’hémodialyses, de soins en gériatrie et sur celui du bloc opératoire.

Ces essais ont permis une réorganisation et un réaménagement de l’espace efficaces : en effet, il n’y a désormais plus d’effort de tractation ou de manutention pour déplacer les armoires qui peuvent peser jusqu’à 200 kg. Des chariots incorporés sur roulettes ont également été mis à disposition pour M. Andriola : cela va lui éviter le port des charges les plus lourdes pour le service stérilisation. De plus, pour les tâches de lavage, il a été proposé de rehausser les bacs afin d’éviter les postures contraignantes, principalement du dos. Des tables en acier ont été mises à disposition également dans les autres services afin que M. Andriola puisse réaliser des transferts de matériels facilement d’une pièce à l’autre.

L’exosquelette, une solution pour soulager les difficultés liées aux manutentions et ports de charge

Afin de faciliter les manutentions et les ports de charge, il a été proposé que M. Andriola soit doté d’un exosquelette de type HAPO : le harnais de posture qu’il a testé est simple d’utilisation et s’enfile comme un sac à dos. C’est également un harnais léger (1,2kg) et discret : il permet une grande liberté de mouvement comme s’asseoir, conduire, monter ou descendre les escaliers. Sa puissance d’assistance est de 14 kg. Ainsi, l’utilisation de l’exosquelette en plus de la mise à disposition des chariots a permis à M. Andriola de réduire considérablement les difficultés liées aux manutentions et aux ports de charges.

M. Andriola, un maintien dans l’emploi réussi

Le travail d’accompagnement du service maintien de Cap Emploi mené en collaboration avec l’équipe pluridisciplinaire (salarié, médecin du travail, cadre de santé, assistante sociale, fournisseurs de matériel…) a porté ses fruits : M. Andriola peut désormais continuer ses missions dans des conditions adaptées à sa pathologie.

Un article CAP EMPLOI 11 à retrouver en ligne.