En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Accepter

Quelle différence entre un clavier et un clavier ergonomique ?

Depuis la révolution numérique, le clavier est vite devenu un élément indispensable pour les personnes qui font du travail de bureau. Cet accessoire d’ordinateur permet à l’utilisateur de réaliser un « semblant de voyage » d’environ 32 km par jour avec ses doigts. Aussi bien dans le traitement de données que dans la saisie digitale, l’opérateur se familiarise avec les touches et l’usage du clavier devient intuitif et spontané. Néanmoins, cette simplicité apparente cache en réalité une activité physique le plus souvent répétitive et un comportement générateur de douleurs musculo-squelettiques.

Le confort et la praticité sont essentiels pour optimiser les conditions de saisie et corriger les postures pénibles ordinairement perçues comme étant sans risque pour la santé. Utiliser un clavier qui facilite une bonne posture est donc fondamental pour pallier l’inconfort et entretenir le bien-être au travail. Fortement concernés par les TMS, les mains, les poignets, les épaules et le cou sont des régions particulièrement vulnérables. Cette situation courante souligne l’importance de l’ergonomie de la saisie au clavier.

Choisir son clavier - les critères de sélection

Au-delà d’une affaire de goût et de préférence, bien choisir son clavier en fonction de son métier est déterminant pour travailler dans des conditions satisfaisantes. Classé suivant le design, la mobilité ou la connectique, ce périphérique de base est essentiel dans la quasi-totalité des tâches informatiques. Certains modèles proposent plusieurs options et dépendent d’une technologie plus avancée, d’autres possèdent des touches supplémentaires que d’autres versions plus basiques n’ont pas. 

Classique, un clavier filaire est équipé d’un câble qu’il suffit de brancher pour que le matériel soit opérationnel. Le fil doit être suffisamment long pour permettre une utilisation optimale. Souvent compact, léger et plus fin, un clavier sans fil est très pratique. Il offre une meilleure commodité en permettant à l’opérateur de changer de ses positions de travail habituelles. N’étant pas limité par la longueur d’un câble, ce modèle connecté est agréable à utiliser et facile à déplacer. Par extension, il sera également question de clavier divisé, gamer, multimédia, avec ou sans pavé numérique, standard ou rétroéclairé.

Articulés autour d’une technologie de pointe innovante, les claviers mécaniques sont dédiés aux gamers mais également aux dactylos. Solides, réactifs mais un peu plus résistants au toucher, ils sont conçus dans un concept qui s’idéalise lors des sessions de travail ou de jeu prolongées.

À l’ère du digital, les claviers traditionnels cèdent petit à petit la place aux nouveaux claviers ergonomiques. Ces modèles contribuent à une position de frappe aussi naturelle que détendue de par leurs touches légèrement incurvées. Ils sont développés dans le but de réduire les tensions ressenties au niveau des membres supérieurs et des cervicales en améliorant systématiquement la posture de la main. La flexion du poignet est largement réduite avec les sensations inconfortables associées à l’usage intensif du clavier.

Le clavier ergonomique et les innovations qu’il va apporter

Manipuler la souris à longueur de journée et faire des saisies de façon répétée fatigue les membres supérieurs. La personne peut ressentir des sensations désagréables d’engourdissement, de fatigue ou encore des douleurs au niveau des doigts et des poignets. C’est un fait, depuis de début de l’informatisation des tâches, les réalités ne cessent de changer avec les besoins. Afin de répondre à cette évolution continue, une nouvelle gamme de claviers plus confortables et faciles à utiliser vient améliorer l’expérience des opérateurs sur écran.

Les claviers dits « ergonomiques » sont des versions optimisées des modèles standards. Ils offrent un plus grand confort d’utilisation et favorisent le bien-être de l’utilisateur qui peut continuer à travailler sereinement. Pensés pour faciliter l’exercice de frappe, ces dispositifs sont conçus dans un design particulier rattaché à la morphologie de la main. Aussi astucieux que pratiques, ils s’adaptent naturellement au positionnement du poignet pour apaiser ces douleurs qui peuvent se répandre jusque dans la région dorsale.

Finement travaillé dans sa structure, un clavier ergonomique va éviter que le poignet se torde et le maintien dans l’alignement des avant-bras. Correctement conçu pour atténuer les douleurs handicapantes au niveau des membres supérieurs, il prévient la raideur aux doigts et les risques d’inflammation des tendons. Son ergonomie  est tout à fait adaptée aux personnels de bureau qui passent de longues heures devant un ordinateur.

En complément de sa fonctionnalité de base, le clavier ergonomique soulage le syndrome du canal carpien qui touche pas moins de 600.000 personnes tous les ans en France. Les personnes qui pianotent habituellement sur leur PC sont les plus exposées à ce problème nerveux. Les travaux manuels répétitifs associés à l’utilisation intensive du clavier peuvent en effet à l’origine de fourmillements, de picotements ou d’une sensation d’engourdissement progressif dans l’extrémité des quatre 1ers  doigts de la main jusque dans les avant-bras.

Principalement conseillé aux personnes qui souffrent de douleurs aux mains, aux bras ou au cou ; le clavier ergonomique favorise une position de saisie neutre et confortable. Son design spécifique va soulager les pressions excessives attribuées à la manipulation continue du clavier.


Bon complément aux bureaux ergonomiques, le bras d’écran offre une expérience de confort idéal entre posture et vision. Flexible et facilement ajustable, il permet de positionner l’écran en tout simplicité et de gagner en espace de travail. Ce dispositif ergonomique est pensé pour relever le champ visuel et assurer un grand confort de lecture. Il permet en effet de définir sans contrainte la bonne distance d’observation de l’écran afin d’éviter les douleurs cervicales, les tensions musculaires mais également la fatigue visuelle.

Ecrans de bureau : adopter facilement les bonnes pratiques

Comment bien s’installer devant un ordinateur ? Comment se protéger les yeux des écrans ? Voici ce que les experts prescrivent : maintenir une position droite avec le dos appuyé contre le dossier, garder les pieds bien à plat sur le sol et les bras tendus vers le clavier, adapter la hauteur du poste de travail et ajuster le siège en fonction de chaque morphologie, cligner des yeux de temps en temps, faire de courtes pauses toutes les heures, varier régulièrement les postures et la distance de vue. La distance œil-écran idéale est d’une longueur de bras à partir de la position assise, pratiquement de l’ordre de 50 à 70 cm. Le regard doit se situer à une distance de vision confortable entre l’horizontale et légèrement vers le bas.

Pensé pour un usage personnalisé, un bras d’écran réglable en hauteur et en distance de vue s’adapte à tous les besoins de son utilisateur. Ce dernier lui permet de varier continuellement sa posture devant l’écran et d’adapter son poste de travail afin de maintenir une expérience optimale. Combiné avec un bureau assis-debout, le bras pour moniteur aide à alterner les positions du corps sans compromettre le confort visuel. L’usager peux ainsi adapter son écran à sa façon de travailler, qu’il soit debout ou assis.

Un écran toujours à la bonne hauteur

Pratique et fonctionnel, le bras d’écran est bénéfique pour la santé. C’est une solution simple d’aménagement de poste de travail dans le respect du corps et de la vision. Il permet de régler avec précision le champ de vision en plaçant le moniteur à la hauteur des yeux pour que la tête reste en position naturelle face à l’écran. Si vous travaillez sur plusieurs écrans, votre bras de moniteur les positionne de façon ergonomique en mode livre ouvert- avec un écran principal au centre. Libre à vous ensuite de les maintenir côte à côte ou de les faire évoluer individuellement.

Utiliser un support de bras pour écran améliore la posture et permet de travailler confortablement. Il soulage la vue et les migraines passagères en diminuant la fatigue oculaire. Dédié aux travailleurs exposés à l’utilisation soutenue d’un écran de visualisation, cet équipement permet de maintenir un confort de lecture en l’orientant dans le bon angle. Ce mode de disposition privilégie la correction visuelle et anticipe les contraintes physiques comme les tensions dans le cou ou les douleurs articulaires en raison d’un écran mal ajusté (trop haut, trop bas, trop latéral).

Une meilleure façon de travailler

Les bras supports PC sont conçus pour améliorer les conditions de travail en positionnant correctement les écrans d’ordinateurs. Ils sont robustes, faciles à mettre en place et agréables d’utilisation. Installer un bras d’écran est conseillé pour éviter le stress et la baisse de performance visuelle mais également pour prévenir les troubles musculo-squelettiques au niveau de la nuque, des épaules et de la région lombaire. En toute simplicité, le support vient disposer le moniteur au niveau des yeux de manière à ce que le corps puisse obtenir une posture neutre. Il invite l’utilisateur à se redresser pour gagner en confort. Plus besoin de se courber ni de s’incliner inutilement ! En retirant l’écran du bureau, il génère de l’espace supplémentaire sur le plan de travail.

Un bras pour moniteur est le moyen le plus ergonomique pour assurer que l’écran soit toujours placé à la bonne hauteur et au bon angle. Ce dispositif encourage l’opérateur à adopter une posture adéquate devant un ordinateur en permettant un contrôle total sur la visualisation. Il peut pivoter à 360° et offre une grande flexibilité afin de faciliter les échanges et les partages entre collègues. Certains modèles sont même conçus pour placer l’écran à la verticale. Les supports ergonomiques pour écrans d’ordinateurs permettent de contrôler le montage et l’installation des écrans. L’opérateur est en mesure de régler graduellement la hauteur, la profondeur ainsi que l’angle d’inclinaison de son écran pour profiter d’un confort naturel dans toutes les positions adoptées.


Utiliser un pupitre est une solution astucieuse à la fois simple et efficace pour optimiser l’agencement de n’importe quel poste de travail. Ce dispositif ergonomique facilement configurable permet de placer les documents papiers devant l’utilisateur. Ceci permet de réduire la fatigue visuelle, les douleurs cervicales et dorsales. Il suffit de l’installer entre l’écran et le clavier pour adopter une posture neutre et profiter d’une lecture agréable. 

Son design légèrement incliné est idéal pour surélever le champ visuel afin que l’opérateur puisse se redresser naturellement et gagner en confort.

Prévention des troubles musculo-squelettiques avec un pupitre

Un bureau mal agencé contraint l’opérateur à travailler dans une série de postures inadaptées. En un temps record, ces mauvaises habitudes de travail se traduisent par l’apparition progressive de nombreux troubles musculo-squelettiques et de mal de dos. 

Nous adoptons inconsciemment différentes positions en consultant les documents ou les petites notes généralement placés sur le côté de l’ordinateur. Ceci occasionnent une rotation importante de la tête, une inclinaison à la fois douloureuse et inconfortable du cou, une sollicitation excessive de la nuque, un cou incliné, les épaules qui tombent, la tête penchée…

Un pupitre ergonomique encourage le travail en alignement. Il vient recentrer tous les documents dans la ligne du regard afin d’éviter les torsions trop brutales au niveau de la nuque à cause des mouvements inutilement répétés. Vous pouvez continuer à travailler sereinement sur votre ordinateur et éviter que votre dos s’incurve tout le temps en consultant les informations transcrites sur papier. 

L’utilisation d’un support de document permet donc de prévenir efficacement les TMS. Ce produit est innovant et agréable d’utilisation. Il aligne les documents papiers avec l’écran de visualisation, à la bonne hauteur et à la bonne distance afin de soulager les douleurs cervicales. La colonne vertébrale conserve ses courbures naturelles et votre position de travail sera beaucoup plus confortable et ergonomique.N

A quoi sert un pupitre

Un bon compromis entre posture et vision avec un pupitre

Un pupitre ergonomique est un accessoire judicieusement pensé pour optimiser la lecture de la documentation sur papier et permettre d’alterner sans contrainte la saisie manuelle et le travail sur PC. Il s’agit d’une alternative très pratique pour réduire l’inconfort et les sollicitations portées sur les yeux. 

Travailler avec un porte-document aligné avantage une meilleure distance de vue et permet dans un même élan de corriger naturellement la posture de l’utilisateur. Ce support va contribuer à la prévention de la fatigue visuelle qui se traduit le plus souvent par des sensations de picotement, les yeux secs ou trop humides, la vision floue ou les maux de tête.

Grâce à cette solution innovante et totalement fonctionnelle, vous allez profiter d’une lecture confortable combinée à des conditions de frappe au clavier agréables. 

Avec un pupitre ergonomique, la documentation est correctement positionnée face à l’utilisateur, dans l’alignement du clavier et de l’écran. Il est question d’un support réglable qui propose un usage personnalisé. D’un simple ajustement sans effort, vous pouvez adapter votre poste de travail et même dégager une surface d’écriture pour prendre des notes. Vous optimisez votre espace de travail en un tournemain tout en diminuant considérablement les allers-retours interminables que fait votre tête pour passer de l’écran aux documents papiers.

N’attendez plus et n’hésitez pas à faire votre demande d’aménagement de votre poste de travail avec ErgoSanté 


Une souris ergonomique appartient à la gamme de matériels informatiques de bureau destinés à améliorer le confort et le bien-être au travail. Une bonne alternative à la version standard, elle prévient et réduit les douleurs articulaires au niveau du poignet ainsi que les inconforts occasionnés par la flexion des os de l’avant bras. Utiliser une souris ergonomique verticale permet de garder la main dans l’alignement du bras de façon naturelle en évitant de nombreuse les positions pénibles. Fonctionnelle et facile à manipuler, elle autorise une navigation fluide et décontractée.

Une souris qui épouse naturellement la forme de la main

Moderne et innovante, la souris ergonomique replace le poignet dans sa position naturelle grâce à sa forme adaptée à l’anatomie des membres supérieurs. L’alignement du poignet avec le bras est conseillé pour éviter les douleurs articulaires et les troubles musculo-squelettiques qui peuvent très vite se répondre jusqu’aux épaules et aux cervicales. Ce dispositif de pointage vient soulager les muscles de la main, du coude ainsi que des avants-bras. Son design simple mais astucieux a été effectivement pensé pour permettre une prise en main beaucoup plus naturelle.

Conçu pour augmenter le confort individuel, ce dispositif à la pointe de l ‘ergonomie  réduit la pression exercée sur la main et le bras en assurant un meilleur soutien. Utiliser régulièrement une souris ergonomique soulage le poignet ainsi que les douleurs préexistantes causées par les mouvements et les efforts répétitifs effectués en cliquant sur la souris. Ces clics interminables à l’apparence inoffensifs peuvent effectivement être à l’origine de troubles musculo-squelettiques au poignet et à l’avant-bras.

Confort d’usage et praticité

Travailler avec une souris ordinaire contraint l’utilisateur à se tordre l’avant-bras ; à la différence de la version ergonomique qui respecte entièrement la forme de la main. Si l’utilisation d’une souris ergonomique demande un certain temps pour que l’opérateur puisse s’adapter, elle suggère un confort jusqu’au bout des doigts. Une fois habituée, la personne se sentira plus détendue.

Une souris ergonomique offre un bon soutien au poignet et à l’avant-bras. Grâce à son design imaginé pour privilégier une position neutre et décontractée, elle réduit les afflictions ressenties au niveau du canal carpien. C’est un accessoire finement étudié pour rendre l’usage prolongé de la souris moins fastidieuse et plus confortable. Dans cette optique, l’utilisateur évite les étirements excessifs et les torsions à l’origine des sensations de pincement et de fourmillement aux doigts, des douleurs de la paume ainsi que des tendinites dans la zone du poignet.

La souris ergonomique améliore l’expérience de clic. Sa structure bien pensée positionne le bras dans une posture verticale naturelle qui libère l’utilisateur des mouvements épuisants et silencieusement douloureux. Ce point rappelle combien il est important de choisir un périphérique ergonomique adapté pour prévenir l’apparition des troubles musculo-squelettiques chroniques et les risques d’incapacité manuelle sur le long terme.

Une souris ergonomique et légère

Le concept de ce matériel informatique met en avant l’ergonomie. Il préserve le poignet, le bras et  l’avant-bras des douleurs dues à des prises en main inadaptées et inconfortables. La souris ergonomique place le membre supérieur dans un angle d’inclinaison précis qui ne comprime pas le nerf médian.

Il convient de privilégier un modèle à la fois ergonomique, léger. Manipuler une souris relativement légère évite l’affliction des tissus du poignet. Cet outil de travail a pour avantage d’être facile et agréable à utiliser. Avec une souris ergonomique, les doigts restent souples et l’utilisateur ressens largement moins de pression articulaire.

Souris semi-verticale, verticale et centrale

Les souris ergonomiques se déclinent en plusieurs formats évolutifs. Le milieu du commerce  informatique regroupe de manière générale trois (3) principales gammes de souris ergonomiques, à savoir, la souris semi-verticale, verticale et centrale.

La souris semi-verticale est articulé autour d’un angle d’inclinaison précis de 25° pour orienter la paume vers l’intérieur du dispositif. Elle ne soumet pas l’avant-bras de l’opérateur à une sollicitation excessive de sorte à limiter les tensions lors de la manipulation de la souris. Quant au modèle vertical, l’angle de préhension est définie à 90° pour permettre une posture neutre de la main. Ses qualités ergonomiques sont confirmées par son design permettant un bon alignement de l’avant-bras, du coude, du bras et des tendons de la main. Ce matériel innovant convient parfaitement aux personnes souffrant de douleurs musculo-squelettique et vulnérables aux risques de tendinite. Pour ce qui est de la souris centrale, ce modèle s’utilise essentiellement avec un clavier. De par sa configuration, ce dispositif propose une nouvelle manière de travailler. Facile à prendre en main, le pointeur central positionne les bras de façon naturelle bien à plat sur le support tout en leur apportant un soutien direct. Elle recentre les épaules, évite que la main reste dans une position statique tout en limitant les gestes inutiles et les mouvements latéraux souvent épuisants.


Anduze, le 17 mars 2022 – Soucieuse d’intégrer le cycle de vie complet de ses produits, la société ErgoSanté, acteur technologique de l’économie sociale et solidaire dédié à la santé et au bien-être au travail, va encore plus loin. Elle recycle désormais en interne 100 % des matières plastiques extraites des sièges de bureau usagés qui lui sont confiés sous la marque EcoSiège à des fins de réemploi. Ce plastique réutilisé dans son atelier de fabrication reconnu “Entreprise Adaptée” à Anduze (30) vient élargir la gamme de mobiliers prochainement proposés par ErgoSanté.

« Faire le bien et bien le faire»
« Depuis le lancement de notre activité, nous versons une éco-participation à des éco-organismes agréés par l’Etat chargés d’organiser le cycle de vie des produits après usage. On s’est vite rendu compte qu’on pouvait aller plus loin », constate Samuel Corgne, fondateur et directeur d’ErgoSanté. 250 000 tonnes de mobiliers professionnels seraient mises sur le marché en France tous les ans et 100 000 seraient jetées.

La pandémie mondiale en 2020 puis le blocage du canal de Suez en 2021 finissent de le convaincre sur la nécessité de changer ses pratiques, « les échanges économiques et les matières premières que nous sourcions à l’époque en Asie étaient bloquées, de nouvelles solutions s’imposaient ». 

A l’été 2021, Samuel Corgne décide de reprendre la main sur la souveraineté et le cycle de vie de ses produits. Pour ce faire, il recentre le sourcing des matières premières en France et en Europe, puis développe une filière de réemploi sous la marque EcoSiège. « Nous avons commencé à collecter partout en France des sièges usagés confiés par des entreprises, PME, associations, administrations ou particuliers pour les reconditionner, les upcycler ou les recycler. Une manière concrète de favoriser les échanges locaux tout en redonnant vie à des métiers d’antan parfois oubliés ».

EcoSiège transforme les déchets en ressources
Après un essai à l’avant-garde en 2015, la solution lancée en septembre 2021 rencontre son public. « Les conditions étaient réunies ». Pour preuve, sur les 14 000 sièges conçus et vendus l’année dernière par ErgoSanté, 1 000 d’entre eux sont issus de la filière de réemploi EcoSiège. « 1 000 m² de sièges sont en attente de reconditionnement et nous pensons doubler la surface de production l’année prochaine » annonce Samuel Corgne.

Après l’achat d’un local en janvier 2022, l’entreprise a investi en février dans de nouveaux outillages en s’équipant de 3 broyeuses, d’une presse et d’une extrudeuse à plastique. L’objectif : transformer les déchets d’EcoSiège recyclables en ressources réutilisables par ErgoSanté.

« Grâce à ces nouvelles acquisitions, nous broyons, extrudons et remoulons 100% du plastique dans nos locaux ». Une technique de la plasturgie de transformation en continue qui permet d’élargir la gamme de produits ergonomiques actuelle. « Notre atelier de fabrication gardois développe de nouveaux mobiliers qui seront commercialisés d’ici l’été par ErgoSanté. Nous y intégrerons prochainement les matières bois, métal, mousse et tissu ». 

Une réponse aux attentes sociétales et aux obligations règlementaires
Au-delà du développement de ses activités, ErgoSanté a été reconnue, en 2018, première société française “œuvrant pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap” et “Entreprise Adaptée” (EA) en 2019. « Nos sièges reconditionnés sont vendus 20 à 30 % du prix du neuf et les reconnaissances de la DIRECCTE offrent désormais la possibilité à nos clients de s’inscrire dans une démarche citoyenne tout en impactant favorablement leur contribution Agefiph ou Fiphfp. Une formule gagnante ».

Pour Samuel Corgne, « les déchets doivent être entièrement et indéfiniment réutilisables ou neutres pour l’environnement, selon le principe du “cradle to cradle*” ». Les particuliers y sont sensibles et la représentation nationale semble avoir identifié l‘enjeu. La loi AGEC, entrée en vigueur au 1er janvier 2021, oblige dorénavant les collectivités territoriales, leurs regroupements et les services de l’Etat à intégrer un pourcentage de produits issus du réemploi, de la réutilisation ou intégrant des matières recyclées dans leurs commandes publiques. « Nos produits s’y inscrivent à 100% » conclut-il.

A propos
ErgoSanté créé à Anduze (30) en 2013 conçoit et fournit des solutions ergonomiques innovantes et sur-mesure au service du maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés et de la prévention des risques de troubles musculo-squelettiques (TMS). Aujourd’hui acteur incontournable de l’aménagement de postes de travail en France et des dispositifs d’assistance physique passifs à l’international, le Groupe s’est imposé leader en France dans la conception et la fabrication d’exosquelettes. Il compte 170 collaborateurs, 21 agences en France, 12 présences à l’international et capitalise un chiffre d’affaires de 13.9 millions d’euros sous enseigne (2021). www.ergosante.fr – www.ecosiege.fr

*La démarche Cradle to Cradle définit et favorise le développement de produits upcyclables, ce qui signifie que, contrairement au recyclage conventionnel, elle maintient la qualité des matières premières tout au long des multiples cycles de vie du produit et de ses composants.

Contacts presse – Agence SHAN
Eve-Marie Laporte Tel. +33 (0)7 76 04 73 48 – em.laporte@shan.fr
Anne-Laure Daulier Tel. +33 (0)6 28 59 50 38 – al.daulier@shan.fr


Des sièges de bureau aux exosquelettes, ces systèmes d’assistance physique qui s’adaptent aux besoins du corps, les matériels améliorant les conditions de travail sont aujourd’hui mieux considérés. Depuis la pandémie, la société Ergosanté, productrice d’équipements professionnels ergonomiques, reçoit de plus en plus de commandes. Rencontre avec son fondateur Samuel Corgne.

EXOSQUELETTE HAPO ERGOSANTE
Parmi les exosquelettes, le harnais de posture soulage le système musculo-squelettique. © Guillaume Auceps

La question de l’ergonomie des postes de travail est-t-elle aujourd’hui mieux prise en compte dans les entreprises ?

Samuel Corgne : Pour le choix des équipements professionnels, l’aspect de la prévention santé est aujourd’hui mieux considéré par les entreprises. La prise de conscience s’est faite avec la crise liée au Covid et l’avènement du télétravail. Personne n’avait eu le temps de s’équiper et tout le monde était donc avachi sur sa chaise de cuisine ou dans son canapé, ce qui a engendré beaucoup de problèmes de santé, notamment des douleurs de dos. La question du retour sur le lieu de travail a amené les sociétés à réfléchir sur l’aménagement de leurs espaces, leur attractivité, pour donner envie aux collaborateurs de revenir au travail. Le confort et l’ergonomie des matériels de bureau, pour éviter l’apparition de troubles musculo-squelettiques, est au cœur de cette réflexion.

Qu’en est-il des professions manuelles ? Quelles solutions existent pour des postes plus physiques ?

S. C. : Parmi les solutions développées pour améliorer les conditions de travail figurent les exosquelettes, ces systèmes d’assistance physique qui s’adaptent aux besoins du corps humain. Personnellement, je n’aime vraiment pas le terme « exosquelette », qui peut renvoyer à un univers de science-fiction, de transhumanisme, et conférer à ce dispositif une dimension d’augmentation des capacités de l’homme, de son rendement… Ce n’est pas du tout l’objectif ! Cet équipement vient réduire la pénibilité au travail en soulageant le dos, la nuque, en compensant également les infirmités. Je préfère ainsi le nom de « dispositif d’assistance physique ».

Samuel Corgne, dirigeant d'Ergosanté. @Guillaume Auceps

« JE N’AIME VRAIMENT PAS LE TERME “EXOSQUELETTE”, QUI PEUT RENVOYER À UN UNIVERS DE SCIENCE-FICTION ET CONFÉRER À CE DISPOSITIF UNE DIMENSION D’AUGMENTATION DES CAPACITÉS DE L’HOMME… CE N’EST PAS DU TOUT L’OBJECTIF ! CET ÉQUIPEMENT VIENT RÉDUIRE LA PÉNIBILITÉ AU TRAVAIL. »

Ces exosquelettes sont-ils réservés aux industries de pointe ?

S. C. : Le marché mondial des exosquelettes est en pleine expansion. S’il se compte aujourd’hui en millions d’euros, il devrait peser entre 2 et 5 milliards en 2023 ! Les prix deviennent très attractifs et de plus en plus de professionnels ont recours à ces solutions, surtout lorsqu’ils exécutent des gestes répétitifs, comme les personnes travaillant dans des centres de tri, des chirurgiens ou des producteurs laitiers pour la traite des vaches… Les exosquelettes permettent également de favoriser l’emploi des travailleurs handicapés. La question de l’absence d’équipements spécifiques pour personnes invalides est au cœur des difficultés rencontrées par les travailleurs handicapés, dont le taux de chômage est deux fois plus important que celui de la moyenne nationale.

ErgoSanté aidé par le fonds d’investissement Mutuelles Impact
La société ErgoSanté a été l’une des premières entreprises à être soutenue par Mutuelles Impact. A sa création en novembre 2020, à l’initiative de la Mutualité Française et de 45 mutuelles, ce fonds d’investissement social et environnemental dédié à la santé et au médico-social a choisi d’investir 3 millions d’euros dans l’entreprise de fabrication de solutions ergonomiques. Une façon d’encourager son action en faveur de l’accessibilité à l’emploi et de l’amélioration des conditions de travail des personnes valides et en situation de handicap.

Lire l’article sur vivamagazine.fr


Anduze, le 20 septembre 2021 : ErgoSanté, acteur technologique de l’économie sociale et solidaire dédié à la santé et au bien-être au travail, poursuit sa démarche écoresponsable avec la mise en place d’une solution innovante de recyclage et de revente de sièges de bureau.

Les déchets issus du mobilier de bureau représentent un volume de 250 000 tonnes1 par an. Une large partie de ces déchets, et notamment les sièges, ont un potentiel de recyclage important. Présent sur toute la France métropolitaine, ECOSIEGE collecte, rénove, répare et offre une seconde vie à tous types de sièges de bureau provenant de grandes entreprises, de pme, d’associations, d’administrations ou de particuliers. Parmi eux, Valdelia, éco-organisme dédié à la seconde vie des mobiliers professionnels, est le premier contributeur à la collecte d’ECOSIEGE.

La nouvelle marque du Groupe ErgoSanté a pour engagement de limiter les déchets liés à l’acquisition ou au remplacement des sièges de bureaux : chaque siège, recyclable à 98%, qui est collecté par ECOSIEGE est revalorisé, évitant ainsi jusqu’à 40kg de déchets inutiles. Selon l’état du siège, celui-ci est recyclé ou « upcyclé » au sein de l’atelier de fabrication d’Ergosanté à Anduze (Gard), entreprise adaptée qui emploie plus de 80% de personnes en situation de handicap.

ECOSIEGE offre ensuite au consommateur la possibilité de racheter son siège rénové ou un nouveau siège de seconde main, issu de sa filière de recyclage. Déjà investie dans la qualité de vie au travail, dans le maintien dans l’emploi des salariés en situation de handicap et dans la valorisation d’un savoir « made-in France », ErgoSanté s’engage localement pour limiter l’empreinte carbone de ses activités et de celles de ses clients.
La demande de collecte de sièges usagés et l’achat de sièges ‘upcyclé’ se fait directement sur le site d’ECOSIEGE : www.ecosiege.fr

ErgoSanté présentera ses nouveautés dont le HAPO MS et l’ensemble de ses solutions ergonomiques lors des salons suivants:
• Salon PREVENTICA de Lille : du 26 au 29 septembre 2021
• Salon A+A de Dusseldorf : du 26 au 29 octobre 2021

A PROPOS D’ERGOSANTE
Parce que malgré les progrès de la société, le travail en entreprise génère de plus en plus de troubles de santé, ErgoSanté améliore les conditions de travail des personnes valides et non valides, en amenant l’innovation technologique au service du plus grand nombre à travers des solutions sur mesure.
ErgoSanté conçoit et distribue du matériel ergonomique adapté aux besoins spécifiques des entreprises et de leurs collaborateurs : son ambition est de proposer la meilleure solution technique face aux problématiques de santé en entreprise, jusqu’au handicap.
Créée en 2013, ErgoSanté réunit 120 collaborateurs experts répartis au sein de 16 agences pour accompagner les entreprises sur tout le territoire français et, depuis 2020, à l’international.

http://www.ergosante.fr/

CONTACTS
Presse : Calyptus – Mathieu Calleux / Nicolas Hélin – 01 53 65 37 91 / 37 96 – ergosante@calyptus.net


Le siège Aigoual d'Ergosanté, présenté... au mont aigoual (DR)

Fabricant de sièges ergonomiques et d’exosquelettes à Anduze, Ergosanté est une entreprise à la pointe dans son secteur, mais aussi dans l’engagement pour la transition écologique, énergétique et le climat.

L’entreprise cévenole, qui compte 120 salariés dont la moitié à Anduze, est investie dans une démarche transversale, un engagement soutenu par ses partenaires comme Bpifrance, la Banque publique d’investissement. Le directeur commercial de l’entreprise Arnaud Declomesnil en dit plus sur les actions concrètes entreprises par Ergosanté. 


Objectif Gard : Votre entreprise fait dans les solutions ergonomiques. Le lien avec le climat, la transition écologique et énergétique n’est pas forcément évident de prime abord. Quelle place tiennent ces questions au sein d’Ergosanté ?

Arnaud Declomesnil : Elle est assez centrale, particulièrement depuis la dernière année et demie. Le lien n’est peut-être pas évident, mais pour fabriquer nos produits, nous avons des composants. On peut les choisir à côté, ou loin. Nous avions déjà entamé en 2018 une mutation sur les circuits courts, nous voulions des partenaires locaux, ou a minima européens. Grand bien nous en a pris car il y a eu des ruptures d’approvisionnement qui nous ont permis d’achever cette mutation plus rapidement et nous avons réussi à transformer toute notre unité de production avec des produits sourcés localement. Pour nos exosquelettes, la fibre composite est faite à Alès et le tissu est découpé chez nous, par exemple. Il y a aussi des détails : quand on achète des voitures, on veille à ce qu’elles soient fabriquées pas loin, et quand on choisit des colles, elles sont sans solvant. Nous proposons également en option des produits avec des matières recyclées. 

 

Donc il s’agit d’actions très concrètes. 

Exactement, avec en ligne de mire un autre pan de la responsabilité sociale des entreprises (RSE, ndlr), en créant de l’emploi local. Aujourd’hui nous avons une unité de production des sièges dont le bois vient d’Occitanie, assemblé à Anduze. Donc là, même si un bateau s’encastre dans le canal de Suez, on s’en fiche ! Une anecdote : auparavant, nous achetions nos mécanismes d’appuie-têtes à l’étranger, et avec l’histoire du canal de Suez nous avons eu une rupture. Nous nous sommes rendus compte que nous pouvions travailler avec un ferronnier à 90 mètres de chez nous, et pour remplacer une rotule en plastique, nous avons fait appel à un menuisier pour la faire en bois. Nous sommes devenus indépendants sur la production des appuie-têtes, et pour exactement le même coût. Ça nous a également permis d’embaucher une personne supplémentaire. Par ailleurs, nous sommes en course de labellisation EnVol sur le côté environnemental. 

Ces actions sont donc un outil de RSE pour Ergosanté ? 

Ce sont des choses que nous voulons faire depuis longtemps, il se trouve que la mode arrive sur la RSE. Nous passons donc en phase de labellisation, pour nous il s’agit juste de remplir un papier pour dire ce qu’on fait depuis longtemps. Nous avons par exemple le projet d’un nouveau bâtiment pour multiplier par deux la production, et à cette occasion toute l’entreprise sera en autoconsommation et à énergie positive. C’est prévu pour la fin de l’année, avec Bpifrance pour partenaire. Par ailleurs, nous venons de démarrer en août une nouvelle activité, Ecosiège. Le concept : récupérer des sièges usagés pour les démanteler et les reconditionner avec nos salariés de l’entreprise adaptée. L’idée est de boucler la boucle.

Ergosanté (DR)

Le personnel adhère-t-il à ces solutions ? 

Il n’y a pas de contrainte pour le personnel, c’est même un plus en interne. L’idée est que les salariés embrayent, et que ces solutions deviennent des réflexes.

Le fait d’être implantée au pied des Cévennes, à Anduze, joue-t-il un rôle dans l’engagement de l’entreprise ? 

Il est peut-être plus facile de penser à la nature quand on l’a sous le nez que dans une tour de la Défense. Après, la difficulté, c’est qu’on est souvent perçus comme des petits du fin fond des Cévennes alors que sur les exosquelettes, nous faisons partie des 25 entreprises mondiales les plus performantes. Mais en étant plus proches de la nature, nous sommes sans doute plus concernés. 

Voir l’article sur Objectifgard.com

 


Anduze, le 8 septembre 2021 : ErgoSanté, acteur technologique de l’économie sociale et solidaire dédié à la santé et au bien-être au travail, poursuit sa démarche écoresponsable avec la mise en place d’une solution innovante de recyclage et de revente de sièges de bureau.

Situés à Anduze, dans le Gard, les ateliers d’ECOSIEGE collectent, rénovent, réparent et offre une seconde vie à tous types de sièges de bureau provenant de grandes entreprises, de pme, d’associations ou de particuliers. La nouvelle marque du Groupe ErgoSanté a pour engagement de limiter les déchets liés à l’acquisition ou au remplacement des sièges de bureaux : chaque siège, recyclable à 98%, qui est collecté par ECOSIEGE est revalorisé, évitant ainsi jusqu’à 40kg de déchets inutiles.

ECOSIEGE offre ensuite au consommateur la possibilité de racheter son siège rénové ou un nouveau siège de seconde main, issu de sa filière de recyclage. Déjà investie dans la qualité de vie au travail, dans le maintien dans l’emploi des salariés en situation de handicap et dans la valorisation d’un savoir « made-in France », ErgoSanté s’engage localement pour limiter l’empreinte carbone de ses activités et de celles de ses clients.

La demande de collecte de sièges usagés et l’achat de sièges ‘upcyclé’ se fait directement sur le site d’ECOSIEGE : www.ecosiege.fr

ErgoSanté présentera ses nouveautés dont le HAPO MS et l’ensemble de ses solutions ergonomiques lors des salons suivants à la rentrée :
• Salon SPACE de Rennes : du 14 au 16 septembre 2021
• Salon de la CONCHYLICULTURE à Vannes : du 14 au 15 septembre 2021
• Salon PREVENTICA de Lille : du 26 au 29 septembre 2021
• Salon A+A de Dusseldorf : du 26 au 29 octobre 2021

A PROPOS D’ERGOSANTE
Parce que malgré les progrès de la société, le travail en entreprise génère de plus en plus de troubles de santé, ErgoSanté améliore les conditions de travail des personnes valides et non valides, en amenant l’innovation technologique au service du plus grand nombre à travers des solutions sur mesure.
ErgoSanté conçoit et distribue du matériel ergonomique adapté aux besoins spécifiques des entreprises et de leurs collaborateurs : son ambition est de proposer la meilleure solution technique face aux problématiques de santé en entreprise, jusqu’au handicap.
Créée en 2013, ErgoSanté réunit 120 collaborateurs experts répartis au sein de 16 agences pour accompagner les entreprises sur tout le territoire français et, depuis 2020, à l’international.

http://www.ergosante.fr/

CONTACTS
Presse : Calyptus – Mathieu Calleux / Nicolas Hélin – 01 53 65 37 91 / 37 96 – ergosante@calyptus.net


Anduze, le 25 août 2021 : ErgoSanté, acteur technologique de l’économie sociale et solidaire dédié à la santé et au bien-être au travail, lance aujourd’hui une nouvelle déclinaison de son exosquelette HAPO, le HAPO MS, conçu pour soulager les membres supérieurs, les épaules et les coudes.

Lancé mi-2020 par Ergosanté, le HAPO – un harnais de posture destiné à toute personne ayant besoin d’une assistance pour le dos – est aujourd’hui diffusé à environ 100 exemplaires par mois, dont 50% à l’export. Son succès s’explique par l’originalité de sa conception, à base de matériaux composites, qui en fait un produit fiable, simple, efficace et accessible en prix.
Sur la base d’une acceptabilité croissante et face aux besoins observés sur le terrain, Ergosanté lance aujourd’hui le HAPO MS, spécifiquement adapté pour les épaules, dans un contexte de travail à mi hauteur. Le HAPO MS est adapté aux postes de travail imposant la manipulation répétitive d’objets, le maintien prolongé des bras devant soi ou encore toutes les postures “bras en avant” impactant les membres du haut du corps. Il s’applique à de nombreux secteurs : Industrie, Distribution et commerces, Santé, Agro-alimentaire, Logistique, Tri.
Le HAPO MS a notamment déjà été mis en exploitation dans plusieurs exploitations agricoles, en particulier pour les fonctions de traite.
Fabriqué en France, à Anduze, le HAPO MS conserve toutes les qualités propres à la gamme HAPO, notamment son accessibilité, avec un prix de moins de 2 000 euros HT.

ErgoSanté présentera ses nouveautés et l’ensemble de ses solutions ergonomiques lors des salons suivants à la rentrée :

• Salon SPACE de Rennes : du 14 au 16 septembre 2021

• Salon de la CONCHYLICULTURE à Vannes : du 14 au 15 septembre 2021

• Salon PREVENTICA de Lille : du 26 au 29 septembre 2021

• Salon A+A de Dusseldorf : du 26 au 29 octobre 2021

A PROPOS D’ERGOSANTE

Parce que malgré les progrès de la société, le travail en entreprise génère de plus en plus de troubles de santé, ErgoSanté améliore les conditions de travail des personnes valides et non valides, en amenant l’innovation technologique au service du plus grand nombre à travers des solutions sur-mesure.

ErgoSanté conçoit et distribue du matériel ergonomique adapté aux besoins spécifiques des entreprises et de leurs collaborateurs : son ambition est de proposer la meilleure solution technique face aux problématiques de santé en entreprise, jusqu’au handicap.

Créée en 2013, ErgoSanté réunit 120 collaborateurs experts répartis au sein de 16 agences pour accompagner les entreprises sur tout le territoire français et, depuis 2020, à l’international.

https://www.ergosante.fr

CONTACTS

Presse : Calyptus – Mathieu Calleux / Nicolas Hélin – 01 53 65 37 91 / 37 96 – ergosante@calyptus.net


Le 29 juin, l’entreprise gardoise ErgoSanté, spécialisée dans la conception et distribution d’équipements ergonomiques pour les entreprises, annonce qu’elle lève 3 millions d’euros auprès du fonds Mutuelles Impact, fonds créé fin 2020 à l’initiative de la Mutualité Française. Objectif : investir dans l’innovation et dans ses capacités de production.

ErgoSanté fabrique notamment des exosquelettes pour soulager les salariés dans certaines postures de travail. (Crédits : ErgoSanté)

Spécialisée dans la santé et le bien-être au travail, l’entreprise gardoise ErgoSanté, basée à Anduze, fait entrer à son capital le fonds Mutuelles Impact, géré par XAnge (Groupe Siparex) et Investir&+.

ErgoSanté conçoit et distribue du matériel ergonomique adapté aux besoins spécifiques des entreprises et de leurs collaborateurs pour améliorer les conditions de travail des personnes valides et non valides, en injectant de l’innovation technologique dans ses solutions sur-mesure. Créée en 2013 par Samuel Corgne, ErgoSanté, qui dispose du statut d’entreprise adaptée, emploie aujourd’hui 120 collaborateurs experts répartis au sein de 16 agences pour accompagner les entreprises sur tout le territoire français et, depuis 2020, à l’international.

Créé fin 2020 à l’initiative de la Mutualité Française, le fonds Mutuelles Impact a pour objectif d’investir dans les entreprises à fort impact social, dans les secteurs de la prévention, du parcours de soin et du médico-social. Il a levé plus de 50 millions d’euros auprès de la Fédération nationale de la mutualité française et de 45 mutuelles membres. Avec un objectif final de 100 millions d’euros, il ambitionne de devenir « le premier fonds d’investissement mutualiste à impact social et environnemental sur le secteur de la santé et du médico-social et un des plus importants fonds à impact en France ».

« Une volonté d’agir sur le monde »

Ergosanté est l’une des premières sociétés éligibles à l’investissement à impact.

Pour Catherine Grandpierre, Présidente du comité de surveillance de Mutuelles Impact et membre du Bureau de la Mutualité Française, « Ergosanté concilie efficacité économique et intérêt général : c’est une entreprise qui innove, engagée socialement en tant qu’entreprise adaptée et qui s’oriente aujourd’hui dans l’économie circulaire, avec le recyclage de matériel de bureau ».

« Samuel Corgne fait partie de cette nouvelle génération d’entrepreneurs qui allient une ambition très forte avec une volonté d’agir sur le monde et la vie de ceux qui l’entourent, souligne de son côté Andreas Gall, Directeur général délégué de XAnge/Siparex Proximité Innovation. Nous partageons également la conviction que l’innovation est un levier essentiel pour déclencher un impact décuplé. Le fonds Mutuelles Impact pourra apporter des synergies. »

Créer une filière de recyclage de sièges

En 2019, ErgoSanté avait réalisé un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros, en croissance de 15% en 2020 (au lieu des 70% escomptés). Avec ces nouveaux moyens financiers, ErgoSanté veut accélérer sa stratégie de développement en investissant dans l’innovation et la mise au point de nouveaux produits, notamment dans les exosquelettes et les outils d’analyse à base d’intelligence artificielle, « spécifiquement le deap learning : on entraîne les algorithmes à reconnaître le corps humain et à comparer les mouvements avec les standards ergonomiques afin de quantifier les voies d’amélioration sur les postes de travail », explique Samuel Corgne.

ErgoSanté veut aussi investir dans ses capacités de production et de recyclage : « On lance le recyclage des sièges qui, jusqu’à présent, partaient à la déchetterie. On les récupère auprès de nos clients ou de Valdelia (éco-organisme de collecte et de recyclage de déchets d’éléments d’ameublement non ménagers, NDLR), on les retape et on crée une filière de sièges recyclés ».

Enfin, l’entreprise veut booster sa croissance à l’international. Ses produits sont actuellement distribués en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis, en Hollande, en Allemagne, au Brésil ou au Canada. Si l’export représente 25% de son chiffre d’affaires, Samuel Corgne pense que « d’ici quelques années, ce sera la majorité ».

Travailler sur la prévention des maladies professionnelles

« Je suis ravi qu’ErgoSanté fasse partie des premiers investissements de Mutuelles Impact, commente Samuel Corgne. Au-delà des ressources financières et de la visibilité apportés, c’est une reconnaissance de l’engagement social et sociétal qui était à la base de la création de l’entreprise. C’est aussi une formidable ouverture sur l’univers mutualiste, qui constitue un immense réservoir de synergies commerciales pour ErgoSanté. »

Le dirigeant espère en effet pouvoir travailler prochainement avec les mutuelles sur les questions de santé et bien-être de leurs salariés. Autre axe de partenariat possible : « définir des systèmes sur la prévention de la maladie professionnelle ou les accidents du travail ».

En 2020, ErgoSanté avait annoncé la construction, à Anduze, d’une nouvelle usine de fabrication de sièges ergonomiques, un bâtiment de 1.000 m2 nécessitant un investissement global de 2 millions d’euros (dont 1,2 million d’euros pour le bâtiment). En novembre 2020, le dirigeant s’est d’ailleurs vu confirmé l’attribution d’une subvention d’État de 800.000 euros dans le cadre du programme “Territoires d’Industrie”, s’inscrivant dans le projet de financement global de 2 millions d’euros.

« On avance, le permis de construire a été validé, et on va pouvoir acheter le terrain, annonce Samuel Corgne. Et en attendant, on a acheté un autre bâtiment de 600 m2 pour commencer à faire le recyclage des sièges. »

Lire l’article sur objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr


Anduze, le 27 avril 2021 – ErgoSanté, acteur technologique de l’économie sociale et solidaire dédié à la
santé et au bien-être au travail, poursuit son développement à l’international avec le déploiement d’un
distributeur exclusif à Goldsboro en Caroline du Nord.

Worksmart Innovations, est le distributeur exclusif des exosquelettes HAPO aux Etats-Unis. Le HAPO,
harnais de posture destiné à toute personne ayant besoin d’une assistance pour le dos et/ou aux
personnes dont le poste de travail est considéré comme pénible pour le dos, sera ainsi importé et distribué outre-Atlantique par Worksmart Innovation. Outre la distribution des solutions ErgoSanté, Worksmart Innovations fournit un service de conseil et une assistance personnalisés à chaque acheteur.

Cette implantation stratégique permettra à la société de densifier son réseau auprès de grands groupes
de fournisseurs américains et d’installer, dans un second temps, une unité de production locale. ErgoSanté bénéficie ainsi d’une position et d’un réseau de distribution unique sur un marché très porteur ; la forte adoption des exosquelettes dans les secteurs militaire, industriel et des soins de santé stimule la croissance du marché des exosquelettes en Amérique du Nord, premier marché mondial des exosquelettes qui a représenté près de 500 millions de dollars en 2020.

Cette expansion sur le continent américain, sera complétée par l’ouverture d’un distributeur similaire au
Canada à l’horizon mi-2021 ; ainsi, ErgoSanté ambitionne de distribuer ses exosquelettes sur l’ensemble
de l’Amérique du Nord.

Samuel Corgne, dirigeant-fondateur d’ErgoSanté, déclare « L’implantation aux Etats-Unis d’ErgoSanté est
une étape importante de notre croissance. Cette installation stratégique vient renforcer la visibilité de nos
solutions et de notre savoir faire. Depuis la sortie de ses exosquelettes en 2019, ErgoSanté exporte ses
produits dans de nombreux pays et l’ouverture de filiales et distributeurs locaux représentent une nette
accélération de notre développement ».

A PROPOS D’ERGOSANTE
Parce que malgré les progrès de la société, le travail en entreprise génère de plus en plus de troubles de santé, ErgoSanté améliore les conditions de travail des personnes valides et non valides, en amenant l’innovation technologique au service du plus grand nombre à travers des solutions sur-mesure.
ErgoSanté conçoit et distribue du matériel ergonomique adapté aux besoins spécifiques des entreprises et de leurs collaborateurs : son ambition est de proposer la meilleure solution technique face aux problématiques de santé en entreprise, jusqu’au handicap.
Créée en 2013, ErgoSanté réunit 100 collaborateurs experts répartis au sein de 15 agences pour accompagner les entreprises sur tout le territoire français et, depuis 2020, à l’international.

http://www.ergosante.fr/

CONTACTS
Presse : Calyptus – Mathieu Calleux / Nicolas Hélin – 01 53 65 37 91 / 37 96 – ergosante@calyptus.net


La PME gardoise, spécialiste des solutions d’amélioration des conditions de travail, mise sur la vente d’une centaine d’exosquelettes par mois sur le marché nord-américain, via le distributeur Worksmart Innovations.

En France, Ergosanté vend ses solutions à des viticulteurs, maçons et acteurs de l'industrie et de la logistique. (Guillaume Auceps / Ergosanté)

Niché au coeur des Cévennes gardoises, ErgoSanté, qui emploie 120 collaborateurs, au siège et à travers 15 agences, s’aventure à l’international. La PME, qui élabore des solutions d’amélioration des postes de travail, notamment pour réduire la pénibilité et les troubles musculo-squelettiques, s’implante aux Etats-Unis, via Worksmart Innovations, basé au Caroline du Nord.Ce distributeur exclusif vendra les modèles Hapo sur le premier marché mondial des exosquelettes, pesant environ 500 millions de dollars en 2020. ErgoSanté espère vendre une centaine de produits par mois, soit l’équivalent des ventes actuelles réalisées en France. Les clients ciblés appartiennent aux secteurs militaire, industriel, hospitalier et logistique.

1.500 dollars l’unité

 « Les Américains sont pionniers en matière de nouvelles technologies, et ont une vision plus pragmatique, basée sur l’utilisateur. En Europe, beaucoup de normes sont en cours de création, ce qui ralentit notre progression », précise Samuel Corgne, dirigeant d’ErgoSanté, ayant lui-même la double nationalité franco-américaine.

Pour percer outre-Atlantique, la PME mise sur une agressivité commerciale, avec des prix de vente autour de 1.500 dollars l’unité, soit trois fois moins que les concurrents. Cette différence est rendue possible par des modèles plus légers, discrets, « n’abusant pas de capteurs et de Big Data », ironise le dirigeant. Les marges sont par ailleurs réduites.

Ruptures de stock

En France, ErgoSanté vend ses solutions à des viticulteurs, des maçons, des acteurs de l’industrie et de la logistique. Un test va démarrer au centre hospitalier d’Alès, auprès d’infirmières et d’aides-soignantes. À Anduze, le siège social, Ergosanté Technologie dispose d’un bureau d’études d’une dizaine d’ingénieurs. Côté industriel, le groupe réceptionnera en janvier prochain un bâtiment de 1.000 m2 supplémentaires. ErgoSanté Production passera de 20 à 50 personnes d’ici à 2024, et compte 80 % de son personnel en situation de handicap. Après un chiffre d’affaires global de 8,4 millions d’euros en 2020, la barre des 10 millions d’euros devrait être atteinte cette année.

Une préoccupation, néanmoins, pour les prochains mois : l’approvisionnement en matières premières. ErgoSanté a de plus en plus de mal à sourcer les pièces mécaniques, les tissus, les matériaux composites et les polymères. « Il n’y a pas une semaine sans que l’on ait une rupture de stocks », s’inquiète Samuel Corgne.

Lire l’article sur lesechos.fr


Anduze, le 29 mars 2021 – ErgoSanté, acteur technologique de l’économie sociale et solidaire dédié à la santé et au bien-être au travail, accélère son développement à l’international avec l’ouverture de sa première filiale, ErgoSchutz, basée à Öhringen, dans le Baden-Württemberg, en Allemagne. ErgoSanté s’implante ainsi dans le pays le plus industrialisé d’Europe pour diffuser sa gamme de produits phares à l’export : les exosquelettes dédiés à la protection des travailleurs de l’industrie.

ErgoSanté présentera notamment aux groupes industriels allemand son dernier exosquelette, le HAPO, un harnais de posture destiné à toute personne ayant besoin d’une assistance pour le dos et/ou aux personnes dont le poste de travail est considéré comme pénible pour le dos. Le HAPO diminue les efforts lombaires et préserve les disques intervertébraux en redirigeant les efforts du haut du corps vers les cuisses grâce à des ressorts en fibres de verre et une puissance d’assistance pouvant atteindre 14kg.

Les pathologies du dos liées à l’exercice professionnel ont été largement documentées en Allemagne. Les entreprises, particulièrement sensibles au retour sur investissement des mesures de prévention, sont à la recherche de solutions permettant d’adresser ces pathologies qui sont de plus en plus répandues. Ainsi, la mutuelle DAK-Gesundheit a produit en 2018 le rapport “Rätsel Rücken” (“Le casse-tête du dos”), qui dévoile les faits suivants :

  • Le mal de dos est le deuxième diagnostic le plus important dans l’incidence de l’incapacité de travail – derrière les infections respiratoires ;
  • Les trois quarts des salariés se plaignent de maux de dos au moins une fois dans l’année ;
  • Le nombre d’admissions aux urgences pour des maux de dos a augmenté de 80% entre 2009 et 2016, pour atteindre 220 000.

L’étude de DAK-Gesundheit conclut que l’objectif de la politique de santé consistant à maîtriser le problème du dos n’a pas été atteint. Les acteurs de la santé et de l’industrie ont besoin de solutions innovantes. C’est là qu’ErgoSanté intervient, pour proposer aux entreprises sa gamme d’exosquelettes ainsi que l’ensemble de ses solutions d’aménagement des postes de travail, pour le secteur industriel et le secteur tertiaire.

Samuel Corgne, dirigeant-fondateur d’ErgoSanté, déclare « Depuis la sortie de ses exosquelettes en 2019, ErgoSanté enregistre un fort intérêt à l’international et exporte déjà ses produits notamment aux Etats-Unis, en Italie, au Canada et au Brésil. Nous accélérons désormais notre développement à l’export à travers l’ouverture de nouvelles filiales. L’Allemagne est la première étape de ce mouvement d’internationalisation. »

Cette expansion est soutenue par un marché mondial des exosquelettes en pleine croissance ; le cabinet d’analyses Research and Markets1 anticipe que le marché mondial des exosquelettes pour les sept prochaines années pourrait atteindre un montant de 4,2 milliards de dollars en 2027, suivant un taux de croissance annuel de plus de 26 %.

A PROPOS D’ERGOSANTE

Parce que malgré les progrès de la société, le travail en entreprise génère de plus en plus de troubles de santé, Ergosanté améliore les conditions de travail des personnes valides et non valides, en amenant l’innovation technologique au service du plus grand nombre à travers des solutions sur mesure. Ergosanté conçoit et distribue du matériel ergonomique adapté aux besoins spécifiques des entreprises et de leurs collaborateurs : son ambition est de proposer la meilleure solution technique face aux problématiques de santé en entreprise, jusqu’au handicap. Créée en 2013, Ergosanté réunit 90 collaborateurs experts répartis au sein de 15 agences pour accompagner les entreprises sur tout le territoire français.

https://www.ergosante.fr

CONTACTS Presse : Calyptus – Mathieu Calleux / Nicolas Hélin –01 53 65 37 91 / 37 96 –ergosante@calyptus.net


L’entreprise Ergosanté, installée à Anduze dans le Gard, va bénéficier d’une subvention de 800 000 € qui va lui permettre de s’agrandir et de recruter une trentaine de personnes. L’entreprise bénéficie du volet du plan de relance destiné à soutenir l’industrie dans les territoires.

Soutien gonflable au niveau des lombaires, position inclinable, dossier adapté… Ergosanté fabrique des fauteuils de bureau en fonction de la morphologie, des pathologies et du budget de ses clients. La PME de 90 salariés est installée à Anduze, dans le Gard.

« Le confort des travailleurs » d’abord

La cadence de production devrait s’accélérer dans les mois à venir dans l’atelier où travaillent 15 personnes, dont 12 en situation de handicap. « L’ADN de notre entreprise est la protection de la personne dans son travail, dans son intégrité physique, précise Samuel Corgne, patron et fondateur de l’entreprise. Tant en interne que dans les produits que nous concevons, nous veillons au confort des travailleurs ». Ergosanté fait partie des entreprises lauréates du fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires, qui s’inscrit dans le plan de relance du gouvernement.

Doté de 150 millions d’euros en 2020 (400 millions d’ici à 2022), ce fonds a absorbé le programme « Territoire d’industries » lancé par l’ancien premier ministre Édouard Philippe en novembre 2018.

Internaliser 80 % de la production

Une subvention de 800 000 € issue de ce programme a été accordée à Ergosanté, en vue d’une relocalisation de sa production. « Sur les 10 000 sièges que nous vendons par an, explique Samuel Corgne, 7 000 sont fabriqués en Grande-Bretagne », là où existe un savoir-faire spécifique de tapisserie de fauteuils. « Nous voulons internaliser rapidement 80 % de notre production. Par pragmatisme mais aussi pour privilégier l’emploi local », ajoute-t-il.

Cette relocalisation, liée aussi au Brexit, a déjà débuté petit à petit, grâce à l’acquisition d’une machine conçue en Occitanie. «Pour intégrer le savoir-faire nécessaire, cette machine nous facilite la tâche. Elle est pour le moment largement sous-utilisée par les salariés, faute de place », précise Samuel Corgne. Pour monter en puissance, Ergosanté a besoin de mètres carrés, et ce, rapidement.

30 embauches prévues

Sur la totalité des employés de l’entreprise, une cinquantaine œuvre sur le site d’Anduze, dans des bureaux de plus en plus à l’étroit. En face du bâtiment existant, un vaste parking est en cours de rachat auprès de la mairie. Un hangar y sera édifié pour un coût global de 2 millions d’euros, financé en partie grâce à la subvention du plan de relance.

À l’intérieur, des bureaux et ateliers prendront place. « Nous voulons augmenter notre capacité de production et donc de stockage. La mousse par exemple prend beaucoup de place… Cette extension nous permettra de développer nos activités et de recruter une trentaine de personnes, en plus des 25 que nous avons déjà embauchées cette année », explique le patron.

Un contexte porteur

Même si elle reste en deçà des prévisions, l’activité d’Ergosanté se porte bien et affiche une augmentation de 15 % en 2020. Dans un contexte où le télétravail se généralise, le savoir-faire d’Ergosanté tombe à point nommé. D’après une étude de Santé publique France d’octobre dernier, 10 % des télétravailleurs ont développé des lombalgies. L’entreprise s’est donc employée à mettre sur le marché des fauteuils moins chers et à développer la vente en ligne pour les particuliers comme pour les grandes entreprises.

Lire l’article sur la-croix.com


Anduze, le 15 janvier 2020 : ErgoSanté, acteur technologique de l’économie sociale et solidaire dédié à la santé et au bien-être au travail, a été sélectionné pour représenter la région Occitanie et le département du Gard lors de la Grande exposition du fabriqué en France les 18 et 19 janvier 2020.

Le comité de sélection national, présidé par Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, et composé de dix personnalités reconnues pour leur engagement en faveur du « fabriqué en France », a annoncé la liste des produits « made in France » qui seront présentés aux Français lors de cette grande exposition.

La Grande exposition du fabriqué en France se déroule à l’Élysée à Paris le week-end du 18 et 19 janvier 2020. Le palais présidentiel où plus de 10 000 spectateurs sont attendus y exposera 120 produits, représentant tous les départements de métropole ou d’outre-mer et intégralement produit en France.

Distinguée parmi 1 750 dossiers de candidature, ErgoSanté présentera l’exosquelette Shiva Exo. Le Shiva Exo est un exosquelette d’assistance à l’effort destiné aux entreprises industrielles. Entièrement mécanique, il est conçu pour soulager les opérateurs exposés aux tensions musculo-squelettiques du quotidien. Développé par Ergosanté en partenariat d’innovation avec SNCF Mobilités, cet exosquelette permet notamment aux opérateurs de soulager le poids de leurs propres bras et de bénéficier d’une aide au port de charge.

Pour Samuel Corgne, dirigeant-fondateur d’ErgoSanté «Cette marque de reconnaissance de l’Elysée valide notre démarche d’une fabrication française et solidaire et notre exigence dans la production de nos solutions pour améliorer les conditions de travail des personnes valides et non valides. Cette grande exposition sera une formidable vitrine du savoir-faire français.»

A PROPOS D’ERGOSANTE

Parce que malgré les progrès de la société, le travail en entreprise génère de plus en plus de troubles de santé, ErgoSanté améliore les conditions de travail des personnes valides et non valides, en amenant l’innovation technologique au service du plus grand nombre à travers des solutions sur-mesure.

Ergosanté conçoit et distribue du matériel ergonomique sur mesure, adapté aux besoins spécifiques des entreprises et de leurs collaborateurs : son ambition est de proposer la meilleure solution technique face aux problématiques de santé en entreprise jusqu’au handicap.

Créée en 2013, ErgoSanté réunit 50 collaborateurs experts répartis au sein de 12 agences pour accompagner les entreprises sur tout le territoire français.

https://www.ergosante.fr

CONTACTS

Presse : Calyptus – Mathieu Calleux / Nicolas Hélin – 01 53 65 37 91 / 37 96 – ergosante@calyptus.net